AQD6_ajo9NfjES03mEUafekn4XcGH82vNUl1zCsRfvS7zI5k9txBDI3rEQJecc8i4gF7LCrDNrjt6IehYjWASOWPVmaC4F5l5VxHupxTUk
Bordeaux, voyages & bonnes adresses

Cénotes – Péninsule du Yucatán

Mes conseils pour les cénotes

Emportez maillot de bain, serviette, crème solaire éco-responsable (j’utilise la marque EQLove) et si vous avez, un masque de plongée.
À chaque cénote, des locaux veillent sur l’endroit et vous demanderont une participation comprise entre 30 et 50 pesos (entre 1 et 2€) par personne. Cette participation sert à préserver et sécuriser les lieux.

« Mes cénotes préférés : Noh Mozon, San Lorenzo Oxman & Kankirixche »

Les cénotes à Valladolid

C’est à Valladolid que j’ai découvert mon tout premier cénote. À moins de 20 minutes en voiture de Valladolid, le cénote se trouve au sein de la hacienda San Lorenzo Oxman. La végétation qui tombe dans le profond puit est luxuriante, c’est très sauvage, ça me fait penser aux scènes de Jurassic Park. L’eau est fraîche, d’un bleu marine très sombre et opaque. C’est assez perturbant de rentrer dans l’eau quand on ne sait pas et ne voit pas ce qui se trouve dans les abysses de ce puit.
C’est très profond, préparez-vous à ne pas avoir pied.

Cénote San Lorenzo Oxman – Valladolid – Yucatán

Comptez 70 pesos (environ 3€) par personne pour le cénote à la Hacienda San Lorenzo Oxman. 

Je n’ai pas fait mais je vous recommande également le cénote Suytun. C’est une vraie grotte avec un seul et étroit puit de lumière au centre qui vient éclairer l’allée qui s’avance jusqu’au centre. C’est moins sauvage que les autres cénotes mais ça a l’air très beau – à 15 minutes en voiture de Valladolid.


Les cénotes autour de Mérida

J’ai pu découvrir 4 cénotes à environ 1 heure de route de Mérida et elles se situent à plus ou moins 30 minutes les unes des autres. Il va en effet falloir emprunter des chemins et des pistes tout terrain où il vaut mieux rouler au pas mais rassurez-vous, pas besoin de 4×4 pour y accéder. Certains chemins empruntés sont privés : il s’agit parfois de traverser des terres où le bétail paît librement. La récompense à l’arrivée est largement à la hauteur (ou plutôt à la profondeur) du trajet ! Évidemment vous commencez à vous douter de ce qui a pu se passer pendant le trajet sur les chemins et on en rigole encore aujourd’hui avec Alice.

Cénote Noh Mozon : (sud-est de Mérida)

Je suis allé à ce cénote quelques jours avant de partir sur Campeche étant donné qu’il est plus au sud-est que les trois autres. C’est ce cénote qui est accessible via un chemin délimité par une série de barrières afin que le bétail ne s’échappe pas. L’idée est donc d’ouvrir les barrières (elles ne sont pas verrouillées) puis de bien les refermer après votre passage. De mémoire il y en a trois ou quatre à la suite.

Lumières abyssales – Cénote Noh Mozon

Entre deux barrières, devinez qui pointe le bout de son nez sur le chemin devant nous : un troupeau entier. Heureusement, il y a un espace sur le bord du chemin pour se garer et patienter que le troupeau passe, en espérant que les animaux ne s’en prennent pas à nous. On se gare alors sur le côté, moteur éteint en restant assis sagement à l’intérieur sans bouger. Un peu de tension quand je vois apparaître, dans le rétro central, un bétail derrière la voiture : on est encerclés.

La rencontre – Cénote Noh Mozon

Il y a des jeunes veaux, on sait que leurs mères peuvent être agressives si elles se sentent ou sentent leur petit en danger. Le temps s’écoule et rien ne bouge. On hésite à bouger, mais on reste finalement immobiles. Le troupeau finira par partir tranquillement au bout de trente longues minutes. On repart alors en roulant au pas tellement la piste est cahotique. À l’arrivée, on découvre un puit d’eau cristalline baigné par les rayons du soleil qui transpercent la végétation : c’est incroyablement beau !

Cénote Noh Mozon – Mérida – Yucatán

Plongée dans les cénotes

On ne distingue même pas le fond depuis la surface tellement c’est profond, il suffit de plonger la tête dans l’eau avec un masque quand les rayons du soleil illuminent le cénote pour en apercevoir le fond qui paraît si loin. Certains plongent même avec des bouteilles, je serais vraiment curieux de savoir où les rebords sombres et profonds de ce puit mènent. Encore une fois l’eau est fraîche mais étant donné la température extérieure, ça rafraîchit ! La chair de poule sur mon bras sur la première photo est explicite. Il y a très peu de monde, on doit être six ou sept dont un autre couple de jeunes français qui nous ont gentiment prêté leurs palmes et leur masque pour aller voir sous l’eau.

Profondeurs – Cénote Noh Mozon

Cénotes X’Batun et Dzombakal (sud-ouest de Mérida)

Direction San Antonio Mulix, une fois arrivé « au village », descendez légèrement puis tournez à droite après le stade de foot. Vous trouverez une petite cahute dans laquelle les locaux, entre deux siestes à l’ombre, vous laisseront passer contre le droit d’entrée. C’est à nouveau une piste mais rien de comparable avec le cénote Noh Mozon, c’est bien plus court et praticable.
Nous sommes seuls à notre arrivée au cénote X’Batun, une femme seule et une famille de français nous rejoindront peu avant notre départ.

Cénote X’Batun – Yucatán

Ce cénote est totalement différent des précédents : ici, pas de puit profond mais une petite étendue d’eau translucide et d’un bleu comme j’en ai rarement vu. On distingue même des poissons depuis la surface, il y a aussi des nénuphars. C’est vraiment très beau.

Après avoir profité d’une baignade, j’en profite pour aller voir le cénote Dzombakal juste à côté, accessible à pieds. Celui-ci ressemble plus à une grotte ouverte en partie, l’eau y est plus sombre mais d’une nuance de bleu encore plus sombre.

Cénote Dzombakal

Cénote Kankirixche (sud-ouest de Mérida)

Je vous mets au défi de prononcer ce nom correctement du premier coup ! Aux abords du village d’Abalá, c’est le cénote du coin qui ressemble le plus à une grotte à ciel ouvert. C’est là où j’ai logiquement croisé le plus de monde étant donné qu’il était plus tard dans la matinée. La majeure partie du plan d’eau est dans l’ombre et seul un escalier en bois qui craque permet d’accéder à l’eau à travers l’étroite ouverture. Le soleil qui éclaire une petite partie de l’eau se reflète à l’intérieur de la grotte en illuminant tout son plafond. C’est superbe !

Cénote Kankirixche

À environ 15 minutes du cénote Kankirixche, j’ai déjeuné à la Hacienda San Pedro Ochil avant de prendre la route vers Campeche. L’ancienne propriété agricole (exploitation du henequen) est bien conservée et la grande allée de hauts et imposants palmiers nous renvoie à la grande époque des hacienda mexicaines. Il y a même un amphithéâtre qui sert aujourd’hui pour les réceptions et également une piscine. Le déjeuner à l’ombre et au calme était très agréable.

Laisser un commentaire