AQD6_ajo9NfjES03mEUafekn4XcGH82vNUl1zCsRfvS7zI5k9txBDI3rEQJecc8i4gF7LCrDNrjt6IehYjWASOWPVmaC4F5l5VxHupxTUk
Bordeaux, voyages & bonnes adresses

Izamal – Yucatán

La ville jaune

Sur la route entre Valladolid et Mérida, j’avais repéré Izamal pour faire étape pour le déjeuner.
Moins de deux heures séparent les deux villes mais autant profiter de passer pas loin d’Izamal pour y faire une halte. Si Mérida est surnommée la ville blanche malgré ses façades colorées, Izamal mérite largement son surnom de ville jaune. À l’instar des autres villes, les amateurs de Coccinelle vintage ne seront pas en reste.

Une chaleur étouffante

Aucun doute quand vous y arrivez : toutes les façades sont jaunes. La chaleur y est accablante si bien que la ville est déserte à mon arrivée – à l’heure du déjeuner. Seuls quelques hommes âgés sont accoudés à la table d’un bistro à l’ombre des arcades – sombrero vissé sur la tête et cigarillos à la main. Des calèches et leurs chevaux attendent patiemment le touriste en plein cagnard – pauvres bêtes.

Déjeuner à Izamal

Je rejoins un des seuls restaurants de la ville : Kinich. Dans une grande cour intérieure ombragée et sous des grands ventilateurs, l’air est bien plus respirable ici. Il y a un groupe d’enfants qui déjeunent, sûrement une sortie scolaire, ils jouent autour de nous et sont assez intimidés de voir des touristes blancs parmi les locaux. Un jus frais est le bienvenu pour accompagner les tortillas bouillantes servies comme le pain en France.

Après une rapide exploration du couvent, élément central d’Izamal, et des alentours, je reprends la route vers Mérida. Izamal est une étape agréable et permet de couper la route en deux entre Valladolid et Mérida.

Convento De San Antonio de Padua
Izamal – Yucatán

Laisser un commentaire